L’histoire des montres Pasha de la Maison Cartier

juillet 31, 2020

L’histoire des montres Pasha Cartier


Les origines de Pasha

L'origine de la Pasha de Cartier, dit-on, commence en 1931 ou 32 (notre mémoire nous fait défaut !), lorsque le Pacha de Marrakech (Pasha, en anglais), Thami El Glaoui, commande à Louis Cartier une montre unique en son genre. Une montre mécanique en or, suffisamment résistante pour suivre le rythme de la vie active du Pacha, et qui pouvait se vanter d'un niveau d'étanchéité peu commun pour l'époque. La solution était une montre à remontage automatique avec un diamètre important, un couvercle de couronne et une grille métallique pour protéger le cadran.

La seule ombre au tableau est qu'il n'existe aucune preuve concrète que cette montre ait été fabriquée pour le Pacha de Marrakech. Ce qui s'en rapproche le plus est une photographie de 1943 d'une montre qui présente toutes ces caractéristiques et qui ressemble beaucoup à la montre Pasha moderne.

 

Thami El Glaoui

Le Pacha de Marrakesh, Thami El Glaoui

 

La ligne officielle de Cartier est que "son nom rend hommage au Pacha de Marrakech, un amoureux de la haute horlogerie et un client de longue date de Louis Cartier". Tant que nous n'aurons pas eu droit à une enquête horlogère digne de ce nom, l'histoire du Pacha et de sa montre ne sera qu'une histoire.

 

1985 : La renaissance de la Pasha de Cartier

Il serait difficile de parler de Cartier sans mentionner une légende de l'industrie horlogère, Alain-Dominique Perrin, PDG de Cartier de 1975 à 1998. Comprenant qu'il était à la tête de Cartier pendant une période de turbulence marquée par la crise du quartz, l'embargo pétrolier de l'OPEP et la récession économique mondiale de 1973 à 1975, il savait qu'il devait penser différemment de la concurrence. Ce fut également une époque turbulente pour les montres de luxe ; non seulement à cause du quartz, mais aussi de l'émergence de la montre de sport de luxe en acier. La Patek Philippe Nautilus et l'Audemars Piguet Royal Oak étaient sorties au cours de la décennie précédente et faisaient des vagues avec leurs designs innovants.

 

Alain-Dominique Perrin PDG de Cartier de 1975 à 1998

Alain-Dominique Perrin, PDG de Cartier de 1975 à 1998 - période très créative pour la Maison

 

Surfant sur le succès massif que représentaient les montres Le Must de Cartier - la ligne de diffusion à bas prix de la marque - lancées l'année précédente en 1977, il a introduit en 1978 une nouvelle montre-bracelet révolutionnaire baptisée Santos, avec pour objectif de relier le langage du design de Cartier à une toute nouvelle génération. Dans les années 1980, alors qu'Alain-Dominique Perrin était au sommet de sa créativité, il était clair qu'il existait un marché pour les montres de luxe étanches, avec des garde-temps tels que l'Ebel 1911 Classic Wave qui gagnait en popularité et la Rolex Submariner en or massif qui prenait une position dominante.

Et en 1985, il était temps de faire quelque chose de sportif et de nouveau. Une grande montre masculine destinée à s'affirmer, mais qui reste attachée à l'élégance inhérente à Cartier. Et pour l'aider dans sa conception, ils ont fait appel à un designer ayant une expérience remarquée, Gerald Genta.

 

Gerald Genta pasha cartier 1985

 Le designer Suisse Gerald Genta et la Pasha originale de 1985

 

La montre ronde Pasha originale de 1985 se démarque de la série des ovales et des rectangles de Cartier. La Pasha présentait également un grand boîtier (pour l'époque) de 38 mm, avec une large lunette, les cornes Vendôme très caractéristiques de l'époque et la couronne à vis, avec cabochon et une délicate chaîne de retenue.

Tout au long de son histoire, les détails sont restés au cœur de la silhouette de la Pasha. Le cadran a également revendiqué sa part de marques d'identification de la marque Cartier. En effet, l'anneau des minutes carré est placé au centre du cadran blanc cassé circulaire. Et puis il y avait la disposition du cadran 12, 3, 6, 9, avec la couronne surdimensionnée qui, si vous utilisez un peu votre imagination, rappelle certains des modèles de montres militaires les plus emblématiques qui existent.

La première génération de montres Pasha à remontage automatique a reçu plus que des ajouts mineurs au niveau du design, puisque Cartier a lancé des chronographes, des modèles GMT, une phase « lune » et même un calendrier perpétuel. Tous ces modèles présentent des degrés variables de ressemblance à la Pasha originelle.

 

Pasha Cartier à calendrier perpétuel de 1989

Pasha Cartier à calendrier perpétuel de 1989 - Image : Christie’s

 

La célèbre Figaro de Cartier

Nous en arrivons maintenant à l’un des modèles les plus emblématiques de la Pasha de Cartier - la Pasha en or jaune, dotée d'une grille de protection et du bracelet caractéristique "Figaro". "Ce bracelet Figaro est le meilleur bracelet que Cartier ait jamais créé pour ses grandes montres", explique George Cramer, expert et autorité de Cartier, "et il n'était disponible que pendant les premières années, après la sortie de la ligne Pasha". Pour Cramer, c'est la combinaison de l'or, de la grille et du bracelet qui fait de ce modèle un chronomètre si prisé, du moins jusqu'à ce que certaines éditions limitées arrivent sur le marché à la fin des années 1990.

Le Figaro - sans doute inspiré du personnage principal de la pièce de Pierre Beaumarchais - est un joli bracelet, offrant précisément le genre « d'élégance lourde » que l'on attend d'un bracelet en or massif. La combinaison des cornes de Pasha et des cinq maillons à épaulettes lisses du Figaro, ainsi que son fermoir caché, respire l'opulence de l'époque. Malheureusement, la vie du Figaro a été de courte durée, puisqu'il a disparu du catalogue peu après son arrivée, pour être remplacé par un bracelet beaucoup plus conventionnel, ce qui signifie que le Figaro original est une denrée très prisée en 2020 des collectionneurs de Cartier.

 

bracelet-figaro-Cartier-Pasha

Pasha de Cartier sur un bracelet Figaro (Image : Watchprosite)

 

1990 : La Pasha en acier

En 1990, la Pasha de Cartier a mis fin à cinq années d'exclusivité sur les métaux précieux et a introduit un nouveau matériau de boîtier - l'acier - dans sa collection. Et si d'autres détails, tels que la taille du boîtier de 38 mm, le couvercle de couronne vissé et les différentes options de lunette sont restés les mêmes, le boîtier en acier inoxydable a redonné vie à la promesse sportive de la Pasha, autrefois si précieuse. Selon George Cramer, "ce modèle est, pour commencer, une grande Pasha". C'est une belle montre qui peut être portée en toute occasion et elle est dotée d'un mouvement ETA (est le plus grand fabricant de mouvements de Suisse) simple et facile à entretenir.

 

1995 : La Pasha C

Le règne de l'acier de la Pasha s'est poursuivi en 1995, avec l'introduction de la montre automatique Pasha C. Plus petite (35 mm) et dotée d'un bracelet sportif à maillons en "H", la Pasha C représente une nouvelle entrée remarquée dans l’histoire de la Pasha. Elle a également vu plusieurs nouveaux cadrans, dont un cadran cuivré ou saumoné, recouvert d'une délicate grille qui offrait une autre interprétation du motif "carré dans un cercle" en constante évolution.

 

montre pasha c

Modèles de Pasha C de la Maison Cartier

 

Non seulement la Pasha C continue de plaire à une nouvelle population plus jeune, mais sa taille plus petite est aussi un clin d'œil au fait que de plus en plus de femmes portent la Pasha. Ce phénomène a été formalisé quelques années plus tard, en 1998, avec la sortie d'une Pasha de 32 mm, proposée dans une gamme d'options de sertissage et avec des teintes de bracelet plus douces. Cette montre historique devient officiellement mixte, et devient une montre automatique pour femmes comme pour hommes.

 

1997 : Célébrer 150 ans avec style

En cette fin de millénaire, la maison Cartier est en pleine forme et fête son 150ème anniversaire à travers le monde. À Londres, par exemple, la fête a eu lieu dans la salle égyptienne du British Museum, avec une liste d'invités composée de riches et de rois.

C'est aussi l'année où Cartier a sorti ce que George Cramer pense être la Pasha la plus sous-estimée : "la Pasha en acier avec la grille et le rubis (spinelle) dans la couronne qui a été lancée pour le 150ème anniversaire de Cartier est toujours disponible sur le marché, et à des prix très raisonnables. Le mouvement était très joliment décoré, et la série était limitée à 1847 pièces".

En effet, ce n'était que l'une des nombreuses créations de célébration que Cartier lança cette année-là, proposée en éditions de 3150 ou 1847 pièces. Ne pas confondre cette édition limitée (avec le spinelle rouge) avec la production régulière (avec un spinelle bleu) sortie peu après.

 

Cartier Pasha 150ème Anniversaire en acier

Edition limitée Cartier Pasha 150ème Anniversaire en acier (Image : Sotheby’s)

 

1998 – 2008 : L'ère du CPCP

Nous entrons maintenant dans l'une des époques les plus sacrées pour les collectionneurs de Cartier modernes, celle des émissions de CPCP. CPCP signifie Collection Privée, Cartier Paris et représente une collection de sorties limitées, généralement de 100 pièces ou moins. La Pasha a vu de nombreuses éditions sortir sous l'égide du CPCP, des offres généralement « à complication » comme un calendrier perpétuel. Pour les non initiés, une complication désigne toute fonction autre que les fonctions de base d’une montre. Mais pour George Cramer, cette collection de longue date a produit deux des modèles les plus désirables de la Pasha jamais réalisés, la montre Pasha Tourbillon de Cartier et la Pasha Day and Night.

Cartier a réalisé quatre modèles de tourbillon de la Pasha, limités à 10 pièces chacun, et animés par un mouvement Girard-Perregaux à trois ponts, baptisé le calibre 490 MC, avec un tourbillon semi-squelettisé. Le premier de ces modèles, sorti en 1998, présentait des aiguilles bleuies, un cadran complexe gravé à la main et le logo Cartier "double C" qui occupait la majeure partie du cadran en or rose.

La version de 1999, tout en étant toujours réalisée selon les normes les plus luxueuses, offrait un cadran au design plus conventionnel, avec un pont en forme de piste des minutes carrées, caractéristique de la Pasha sur le mouvement du tourbillon. Les éditions 2000 et 2001 ont proposé des variantes de ce même design, l'édition 2000 étant particulièrement frappante grâce à l'insertion du logo entrelacé en émail bleu.

Pasha mouvement CPCP Tourbillon

Première Pasha à mouvement CPCP Tourbillon en 1998 (Image : Watchprosite)

 

La Pasha de Cartier Day & Nightest un chronographe tout aussi raffiné, mais bien différent. Présenté en 1999 sous la forme d'une édition limitée à 20 pièces, le modèle Day & Night a repris la forme désormais familière du boîtier de la Pasha (en or jaune) et y a ajouté un design inspiré d'une autre création iconique de Cartier - l'horloge mystère.

Le modèle Day & Night évoque les arcs flottants des horloges historiques de la Maison Cartier en utilisant un calibre Fréderique Piguet retravaillé, qui affichait l'heure en temps 24 heures, permettant d'avoir une seule aiguille centrale, dont une extrémité est marquée d'un soleil, et correspondant à l'arc de 6 heures du matin à 6 heures du soir, tandis que l'autre aiguille, à pointe de lune, était lue contre la piste affichant les heures de nuit de 6 heures du soir à 6 heures du matin.

Une seconde s'écoule au bas du cadran, et le design du cadran reste visuellement attrayant grâce à un motif « clous de Paris » magnifiquement exécuté. Le designer à l'origine de ce concept frappant et contemporain n'est autre que le célèbre Svend Anderson.

 

Pasha de Cartier Day & Night

Edition limitée Pasha de Cartier Day & Night (Image : FratelloWatches)

 

2005 : Les 20 ans de cette montre automatique d'exception

Les années 2000 marquent un tournant important pour l'horlogerie de Cartier. La marque consolide ses installations horlogères en interne et la Maison développe sa propre collection de "Haute Horlogerie", sous la direction de Carole Forestier-Kasapi, ce qui entraîne une explosion des complications haut de gamme de Cartier. Et bien sûr, 2005 a marqué le 20ème anniversaire officiel de la Pasha originale, une mise à jour festive s'imposait.

Cette montre était la Pasha 42, qui, en plus d'ajouter 4 mm au diamètre du boîtier, correspondait au goût de cette décennie pour les montres de plus grande taille. En plus de l'augmentation de la taille, la Pasha 42 a également reçu une amélioration de son mouvement, le Calibre 8000MC, fabriqué exclusivement pour Cartier par Jaeger-LeCoultre, compagnon d'écurie de Richemont (qui, à cette époque, fournissait des mouvements à Cartier depuis 1900).

À part ces deux changements, rien n'a évolué au niveau de l'aspect visuel - il y a un peu de guillochage sur le cadran, mais ce cercle autour d'un carré, entrecoupé de chiffres arabes, est toujours très présent. La Pasha 42 a constaté une fois de plus que, grâce à des améliorations progressives, le cœur du design de Genta est resté inchangé et aussi pertinent qu'il l'a toujours été.

 

2006 : La Pasha Seatimer

Naturellement, le design sportif de la Pasha était un terrain fertile pour l’expérimentation de nouveaux dessins masculins, et c'est pourquoi 2006 a vu la sortie de la Pasha Seatimer. C'est une montre qui a repris de nombreux attributs des montres de plongée Pasha (la couronne à vis étanche, la lunette tournante, etc.), et l'a amenée à sa version commerciale. Un boîtier de 40,5 mm, avec un cadran noir lumineux (une version blanche était également disponible).

La caractéristique la plus frappante, cependant, était l'ajout d'un bracelet en caoutchouc, ou plutôt d'un bracelet en caoutchouc avec un noyau en acier. Deux ans plus tard, Cartier a doublé le style sportif avec une version chronographe.

 

Pasha Seatimer de Cartier

Pasha Seatimer de Cartier

 

2020 : La Pasha d'aujourd'hui

La Pasha a maintenant 35 ans, et avec cette génération de Pasha, Cartier a réussi, une fois de plus, à équilibrer l'élan de l'original avec les goûts du présent. Deux tailles principales sont proposées : un boîtier de 35 mm (en acier inoxydable ou en or rose) sans date, ou un modèle plus grand de 41 mm avec date (en or jaune). Tous les détails du cadran de l'original sont toujours là, mais réalisés cette fois-ci de manière beaucoup plus texturée, subtile et sophistiquée.

Le mouvement est le Calibre 1847 MC. Les cornes et le bracelet sont toujours les mêmes, mais les porteurs bénéficient désormais de l'excellent système "QuickSwitch" de Cartier, qui permet de changer le bracelet à la volée, et du système "SmartLink", qui permet d'ajuster les maillons du bracelet sans douleur (ni outil).

On retrouve également la plupart des détails de la Pasha, la couronne à vis, qui permet d'assurer une étanchéité de 100 mètres (inchangé par rapport à l'original de 1985, assez amusant). Une touche agréable est le fait que, caché sur le profil du boîtier, visible uniquement lorsque le capuchon est retiré, il y a juste assez de place pour une petite gravure. Très classe, très Cartier...

La nouvelle famille Pasha de Cartier est disponible en acier, en or jaune et en or rose, en deux tailles avec des bracelets en cuir d'alligator.

 

Pasha Cartier Skeleton acier 9624MC calibre

La Pasha Skeleton de Cartier en acier avec calibre 9624M

 

Trois modèles spéciaux de la nouvelle Pasha de Cartier ont également été présentés : un tourbillon squeletteavec mouvement, boîtier et boucle sertis de diamants ; un modèle de tourbillon squelette en or rose, et enfin une Pasha squelette qui nous rappelle pourquoi Cartier est le véritable maître des mouvements squelettes.

La Skeleton, portant le calibre 9624MC à remontage manuel, intègre la minuterie, les index et les chiffres arabes dans les ponts du mouvement, sous lesquels le train d'engrenages repose de manière invisible.

Les Tourbillons Squelettede la Pasha de Cartier sont les rois de cette collection de montres de luxe, équipés du calibre 9466MC avec un tourbillon à 6 heures. Le pont du tourbillon porte le logo "C" de Cartier et est entouré d'une piste des secondes. Sur le modèle serti, des diamants brillants recouvrent la lunette, l’aiguille des minutes, le compteur des secondes, la boucle et la couronne. Le modèle Skeleton Tourbillon est un rafraîchissement du Skeleton Tourbillon Pasha de la collection haute horlogerie, mais dans une taille beaucoup plus compacte qu'auparavant.

Cartier Pasha skeleton tourbillon

Modèles Pasha Skeleton Tourbillon de Cartier en or blanc et or rose

 

Le Pacha de Marrakech, Thami El Glaoui, n'a peut-être jamais commandé ou porté le prototype de la Cartier étanche. Au bout du compte, cela n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est que la Pasha de Cartier de 1985, icône de Gerald Genta, est un modèle sportif qui a donné naissance à sa propre dynastie de renom.

Si vous cherchez un remontoir pour votre montre automatique, n’hésitez pas à parcourir notre collection !


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.